Décryptage de l’émission de France 3 (11 février 2009)



Dans un souci de pédagogie et de transparence, des experts du groupe se sont mobilisés pour apporter des réponses à quelques-unes des allégations de France 3.

Envoyer par mail Envoyer par mail

Mine à ciel ouvert de la Commanderie réaménagée - Vendée

Impact de la radioactivité sur les populations
Fiabilité des mesures réalisées
Boues et curage de lacs
Sécurité des sites protégés
Stockage de fûts radioactifs
Descendants radiologiques de l'uranium
Mesures et laboratoires indépendants
Eau potable de Limoges
La radioactivité en bref
L'émission reproche à AREVA le positionnement des capteurs pour mesurer la radioactivité. Selon l’émission, les zones non équipées de capteurs auraient des mesures bien supérieures.
 
Extrait de l’émission : «… on arrive sur un dosimètre de site ce qui fait les mesures légales… Eh bien disons qu’au pied de cet appareil on est à 460 chocs, 480 chocs.  Quand on remonte le long de cette clôture, on a des points à 2 000 chocs et cela va de 700, 800, 1 000, 2 000 voilà et il est au point le plus bas. Là, je ne peux pas dire autre chose, c’est bizarre ! »

AREVA : AREVA ne décide pas du positionnement des capteurs. En effet, c'est l'IRSN qui décide du positionnement des détecteurs de radioactivité. L’objectif du dispositif de surveillance des anciens sites miniers est de mesurer l'impact sanitaire sur les populations. Pour répondre à cet objectif, les capteurs sont placés là où les populations vivent, aux endroits les plus représentatifs et selon une méthodologie scientifique (établissement d’un plan compteur de radioactivité au sol à maille régulière, calcul de la moyenne et de la variabilité, etc.).

Impact de la radioactivité sur les populations
Fiabilité des mesures réalisées
Boues et curage de lacs
Sécurité des sites protégés
Stockage de fûts radioactifs
Descendants radiologiques de l'uranium
Mesures et laboratoires indépendants
Eau potable de Limoges
La radioactivité en bref

AREVA poursuit la surveillance scrupuleuse des anciens sites miniers dans une logique de progrès continu. Le groupe continue par ailleurs d’informer le public sur cette activité, notamment à travers les nombreuses structures locales d’échange que France 3 a délibérément omis d’évoquer (CLIS, GEP…).


 
 
 
 
 

Communiqué de
presse

12/02/2009 - "Mise au point sur la gestion des anciens sites miniers français d’uranium par AREVA"

Dossier

Réaménagement et suivi environnemental des anciennes mines d’uranium en France

Fiche thématique

En savoir plus sur la radioactivité (Parution 2005)